Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Drones civils : la réglementation ne suffit pas

Publié le par Michel Rousseau

L'affaire des survols des centrales nucléaires françaises par des drones non (encore) identifiés est l'occasion pour Smart-C de réagir face à cette information.

En effet, le gouvernement français a d'ores et déjà légiféré en matière de drones civils (la France a d'ailleurs été le premier pays à élaborer une législation limitant l'utilisation des aéronefs sans personne à bord).

Dans l'arrêté du 11 avril 2012, le ministère de l'écologie, du développement durables, des transports et du logement a soumis ces engins à des restrictions identiques aux avions et les a exclu des zones publiques, habitables ou protégées, ainsi que de l'espace national aérien, sans autorisation préalable.

Avec le succès que l'on connaît.

Or, rien n'empêcherait des partisans de Daesh (E.I.) d'équipper quelques drones du commerce d'un téléphone portable et d'un demi-pain de semtex. Avec une demi-douzaine d'engins on rendrait sans difficulté un site nucléaire totalement inexploitable en fissurant une piscine de combustibles radioactifs avec une attaque conjointe de ces engins.

C'est dire s'il est grand temps de mettre en place un réel contrôle des ventes de ces engins et la nécessité de les doter systématiquement d'une identité Internet pour assurer leur suivi, notamment en cas de revente.

Plus généralement, il conviendrait d'une part de brider le rayon d'action des drones jouets pour éviter ce genre de démonstration et d'autre part de confier soit à l'aviation civile (frêt aérien) soit à des groupes de transports dûment assermentés la possibilité à terme d'exploiter des liaisons microfrêt aérien par drones à l'intérieur de nos cités.

A suivre...

Commenter cet article